Intéressement 2022 : Les négociations se suivent et se ressemblent...

28 juin 2022

Les négociations sur l’intéressement de 2022 ont été consternantes, elles se sont achevées sur un sentiment d’insatisfaction. Comme les autres années, la Direction fait des propositions mais, la marge de manoeuvre est si étroite voire nulle, que ce n’est plus une négociation.

English version here

Une Part Groupe qui sera fortement dépendante de l’évolution de l’EBITA

Pour la négociation de l’intéressement 2022, la direction demande une augmentation du taux d’EBITA de + 0,6 point soit un EBITA à 17,9 % du CA.
Après l’année de tous les records, Schneider a décidé de ne pas prendre en considération la conjoncture mondiale (tensions géopolitiques et guerre en Ukraine, inflation...) pour fixer les objectifs des salariés.
La CFTC fait l’hypothèse que la part Groupe se situera aux alentours de 1,5% en 2021.
Après concertation, les organisations syndicales ont décidé de faire collectivement pression sur la direction. Dans une lettre ouverte au Président du territoire, les organisations syndicales ont demandé la prise en compte de la conjoncture. La Direction a rejeté les demandes.

Pour mémoire :
Tx EBITA 2018 = 15,1%
Tx EBITA 2019 = 15,6%
Tx EBITA 2020 = 15,6%
Tx EBITA 2021 = 17,3 %


Des avancées sur la Part Locale (SEI/SEF)... liées à la lettre ouverte ?

En 2021 les salariés ont été pénalisés par les critères industriels, car avec l'inflation et les manquants, le niveau de productivité prévu n’a pas été atteint. Cette année, les problèmes sont toujours présents et la guerre en Ukraine les amplifie. La Direction et GSC ont reconnu ces difficultés et ont finalement accepté de baisser les objectifs de la performance industrielle.
A l’issue de deux réunions et compte-tenu des résultats à fin mai, la direction a également accepté de baisser les seuils minimum des critères commerciaux de 3% (croissance des ventes et des services).
Malgré cette révision, dans le contexte actuel, l’atteinte de l’objectif de croissance des services reste extrêmement ambitieux.



Depuis 2 ans, la direction compense les objectifs inatteignables par le versement d’un ''complément d’intéressement''.
​Ce système permet, encore une fois, de calibrer la distribution de l’intéressement alors qu’il devrait être le résultat d’objectifs réalistes et atteignables correspondant à la performance de l'entreprise.
Pour être applicable cet accord doit être signé par l'ensemble des organisations syndicales.

Dans un contexte de perte du pouvoir d’achat, la CFTC signera les accords d’intéressement


2022 06 27 Intéressement 27 juin 2022 2022 06 27 Intéressement 27 juin 2022